BULLETIN DE L'ASNOM

L'ASNOM édite une revue semestrielle, appelée le bulletin de l'ASNOM, dont le premier numéro est paru en 1920. Plusieurs interruptions ont eu lieu, en particulier pendant le deuxième conflit mondial.

Cette revue est le miroir du dynamisme de l'Amicale, reflétant ses différentes activités, rapportant le compte-rendu des réunions organisées dans le cadre des sections, ainsi que celui des conseils d'administration et de l'assemblée générale.

Une large partie, consacrée aux sections régionales, métropolitaines et d'outre-mer, s'attache à traduire au mieux la vie associative.

Ce bulletin informe les anciens de la vie des jeunes élèves des écoles de santé militaires et de leur carrière. Il se veut également le reflet de la vie des anciens encore en activité ou retraités.
Une autre partie rapporte des articles originaux, rédigés par les membres de l'Amicale.

Dans l'esprit de sa vocation, le bulletin veut être un moyen de liaison et de communication entre tous les membres. Il permet de renforcer la connaissance de notre patrimoine par l'apport de chacun et d'assurer le devoir de mémoire. Enfin, il rend compte de l'évolution du fichier des adhérents.



Bulletin de L'ASNOM n°134 - Juin 2017

- Éditorial du président
La campagne de recrutement (annoncée dans le précédent numéro) a été menée par Jean-Claude Warren, administrateur élu. Plus de 750 lettres envoyées et en ce début de prin- temps 2017, une cinquantaine de nouvelles adhésions. Félicitations à notre camarade pour ce travail en espérant que le total ne soit pas définitif !...
[Lire la suite]

- L'hôpital d'instruction des armées Alphonse Laveran
Un hôpital est un établissement suscep- tible d'évoluer au fil du temps en fonction de nombreux paramètres, notamment les progrès de la médecine, les décisions du ministère de la Santé, l'Environnement démographique et géographique, enfin dans le cas présent, la soumission aux décisions du ministère de la Défense. Aussi, est-il facile de comprendre que le fonctionnement de l'HIA Laveran des années soixante soit sensiblement différent de celui qui existe actuellement...
[Lire la suite]

- Le destin tragique d'un médecin de la « Marseillaise » Le médecin-major Joseph Daniel
Joseph-Henri Daniel est né à Brest, 5 rue Kéruscun, le 26 novembre 1879, dans une famille d'instituteurs. Il n'a que 14 ans, alors qu'il est au lycée de Brest, quand son père décède à l'âge de 38 ans, laissant derrière lui une famille dans la gêne, Joseph ayant aussi une sœur de 15 ans et un frère de 12 ans...
[Lire la suite]

- Nos Anciens sont honorés
Le médecin général inspecteur Pierre Niaussat (Bx 43) a fait l'objet d'un éloge au cours d'une séance à l'Académie des Sciences d'Outre-Mer le 15 juin 2016. Nous rapportons le texte de l'éloge prononcé par l'Amiral Bellec, transmis par son épouse, Madame Marie Germaine Niaussat...
[Lire la suite]

- Souvenirs de brousse : premier séjour
Après la campagne d'Algérie, Michel, jeune médecin-lieutenant, est affecté pour un séjour de 30 mois, au Togo et plus exactement à Pagouda petite agglomération située en pleine brousse, à 600 km, au Nord du pays. Nous ignorions tout de l'Afrique et je croyais béatement qu'il s'agissait d'une sorte d'Algérie peuplée de populations noires...
[Lire la suite]

- Les grandes heures de la médecine navale à Toulon
Au cours du congrès national de l'ASNOM, quatre anciens illustres, tous médecins de la Marine furent évoqués le jeudi 13 octobre 2016. Ces conférences sont rapportées dans les pages suivantes...
[Lire la suite]

- La section coloniale de l'École du Service de Santé Militaire de Lyon
L'histoire de la section coloniale de l'École du Service de Santé Militaire de Lyon (ESSM) est magistralement exposée, à l'initiative du médecin général inspecteur Louis José Courbil, dans la thèse pour obtenir le grade de Docteur en Médecine soutenue le 27 septembre 1996 à l'Université Claude Bernard Lyon I par Raphaël Barthélémy, élève de l'École du Service de Santé des Armées (de Lyon)...
[Lire la suite]

-Allocution du médecin général inspecteur François Pons, Directeur de l'École du Val-de-Grâce
J'ai le plaisir d'accueillir ce soir le Professeur Franck de Montleau, professeur titulaire de la chaire de psychiatrie et psychologie clinique appliquées aux armées. Il va prononcer la leçon inaugurant le cycle d'enseignement de l'Ecole du Val-de-Grâce. Cette leçon trouve ses origines dans une longue tradition : la première séance inaugurale de reprise des cours eut en effet lieu ici, au Val-de-Grâce, dans l'hôpital devenu hôpital d'instruction, le 22 octobre 1796. Cette séance fut présidée par Jean-François Coste, inspecteur général du Service de Santé, ancien médecin en chef de l'armée de Rochambeau. Cette leçon inaugurale fait partie de ces moments solennels où sont invoqués le passé et l'histoire pour donner en exemple, pour enseigner, et pour envisager l'avenir. Ces moments sont indispensables pour contribuer à forger ce que l'on appelle l'esprit de corps qui reste nécessaire au maintien de nos valeurs et à la cohésion de notre institution, et ceci plus que jamais aujourd'hui....
[Lire la suite]




Bulletin de L'ASNOM n°133 - Décembre 2016

- Éditorial du président
Avant tout, ayons une pensée émue pour Jean-Michel Damas décédé le 16 août dernier. Que ce bulletin lui soit un témoignage de reconnaissance pour toute son action au sein de l'ASNOM. La vie de l'ASNOM continue et nous remercions nos amis de la section de Toulon-Var pour la parfaite organisation de notre Congrès dans une chaleureuse ambiance. L'Assemblée Générale de Toulon du 15 octobre 2016 a élu sept administrateurs à bulletin secret pour assurer le renouvellement partiel du Conseil d'Administration. Le CA ainsi recomposé a élu ensuite un nouveau Bureau. Nous remercions les administrateurs qui nous ont quittés après de longues années passées avec dévouement au service de l'ASNOM...
[Lire la suite]

- La brigade « Ronarc'h » des Fusiliers-marins
Quand on évoque la Brigade des Fusiliersmarins, un nom vient aussitôt à l'esprit des uns, aux lèvres des autres : « Dixmude ! » ; pourtant, la Brigade n'est pas que Dixmude, même si, bien sûr, cette ville des Flandres belges fût le théâtre d'une grande bataille que livrèrent aux Allemands les marins-soldats de Ronarc'h. Bataille qu'ils ne gagnèrent pas mais qu'ils considérèrent comme leur plus grande victoire sur terre...
[Lire la suite]

- Quand les médecins coloniaux notaient le médecin-auxiliaire Félix Houphouët, futur président de la République de Côte-d'Ivoire
La formation des médecins et infirmiers indigènes des colonies françaises est sensiblement contemporaine de la mise en place de l'Assistance Médicale Indigène (AMI) par le médecin des colonies et pays de protectorat, Alexandre Lasnet (Bx 1890), à Madagascar. Si on fait remonter la création de l'AMI à 1896, c'est en 1899 qu'est fondée, à Tananarive, la première École de formation de médecins indigènes...
[Lire la suite]

- Une action méconnue de Louis Vinh-Chi Abel
Louis Vinh-Chi Abel est entré à « Santé Navale » (matricule 745) en octobre 1947 par concours normal en fin de première année de médecine. Il n'a jamais fait état de ses origines ni de ses titres de noblesse. C'était un authentique prince de la cour impériale d'Annam, cousin du prince Vinh-Thuy qui a pris le nom de Bao Dai en devenant historiquement le dernier Empereur de la dynastie des Nguyên....
[Lire la suite]

- La santé au port de Rochefort aux XVIIe et XVIIIe siècles
Les problèmes de santé se posent dès la création du port de Rochefort en 1666. Compte tenu des besoins, dès novembre 1666 un hôpital est créé à Tonnay-Charente dans le prieuré Saint-Éloi mais il devient vite insuffisant. L'ordonnance du 23 septembre 1673 prescrit la création d'un nouvel hôpital mais pour des raisons administratives et financières celui-ci ne sera ouvert que le 19 mai 1683. L'hôpital « Charente », édifié dans le prolongement du Magasin aux Vivres, ne comportait toutefois qu'un corps de logis et deux petits pavillons. Le premier médecin du port – la fonction fut instituée en 1675 – était responsable de la santé et avait autorité sur tout le personnel tant à l'hôpital qu'à l'arsenal...
[Lire la suite]

- La Chromomycose et la Cysticercose à Madagascar
En 1986, après une affectation au Centre Pasteur du Cameroun de Yaoundé, puis au Pharo, nous arrivons en famille à Madagascar et comme mes camarades plus anciens, je suis rapidement immergé dans les réalités épidémiologiques locales. Notre directeur, Pierre Coulanges, qui dispose déjà d'une longue expérience des données malgaches, va alors orienter notre Unité d'Immunobiologie vers l'étude de trois agents infectieux très fréquents dans la Grande Île : la peste, la chromomycose et la cysticercose...
[Lire la suite]



Bulletin de L'ASNOM n°132 - Juin 2016

- Éditorial du président
Le devoir mémoriel est une des obligations essentielles de notre Association. Depuis la fermeture de notre École, nous restons tous attentifs au devenir du site de Santé Navale. La chapelle désacralisée et le Monument aux Morts ont été préservés, intégrés dans un ensemble d'habitation privative, ils seront accessibles à nos traditionnelles cérémonies du souvenir organisées par la section Bordeaux Aquitaine....
[Lire la suite]

- A propos du Monument aux Morts de l'École
En 1990, après la parution dans Sud-Ouest d'un article célébrant la gloire de Santé Navale, illustré par une photo du monument aux Morts, un médecin bordelais envoyait une lettre feignant de s'étonner qu'une telle institution se plaçât sous le signe du commerce. Cette admonestation confraternelle est à l'origine de la réflexion ci-dessous...
[Lire la suite]

- Au temps des expéditions et des colonnes de pénétration de l'Ouest-Africain : les médecins « coloniaux » de la Marine au Sénégal et dans le Haut-Fleuve
7ème et dernière Partie : De la colonne « Frey » aux colonnes « Archinard » (1885-1890)...
[Lire la suite] [La 1ère partie, la 2ème partie, la 3ème partie, la 4ème partie, la 5ème partie, la 6ème partie]

- Un aspect méconnu du combat des Forces Françaises Libres pendant la Seconde Guerre mondiale
Ancien des Forces Françaises Libres (FFL) du début jusqu'à la fin de la guerre, toujours dans le même bataillon, le BM4, et sans avoir entendu l'appel du Général de Gaulle, je tiens à souligner un aspect méconnu de notre combat. En bref, il nous a été parfois difficile de réaliser notre but, attaquer l'Allemand, par suite d'une série d'accrocs que j'expose, en tant que l'un des derniers participants de cette guerre....
[Lire la suite]

- Souvenirs Guerre et captivité 1939-1941
L'ASNOM et plus particulièrement la section Bordelaise a organisé cette année une cérémonie pour le centenaire de la naissance de son ancien président, René Merland. J.-P. Gréciet, président de la section Bordeaux-Aquitaine, nous a adressé le texte « Souvenirs, guerre et captivité 1939-1941 » que notre Ancien avait rédigé et qu'il souhaitait voir publié dans le Bulletin. Nous présentons ici de larges extraits de la première partie des « souvenirs de guerre », intéressant la période active au 6 e RI et précédent la captivité du pharmacien auxiliaire René Merland....
[Lire la suite]

- Le sourire du Viet Nam en 2014
Nous voici emportés des hauts plateaux de Dalat, belle cité climatique, à la baie d'Halong avec la majesté des rangées d'îles émergeant des flots et l'élégance des bateaux de croisière, en passant par Nha Trang, nouveau Nice du Viet Nam et sa longue plage de sable devenue « promenade des Russes » , maintenant hôtes familiers des lieux....
[Lire la suite]

- Une petite garnison originale : Palmyre
La ville des palmiers, Palmyre, ancienne capitale de la reine Zénobie est malheureusement à la une des médias en raison du vandalisme qu'elle subit en Syrie. J. Devautour nous adresse le texte d'un article rédigé par son oncle Paul Devautour, alors en garnison à Palmyre en 1935....
[Lire la suite]

- Des souvenirs qui déroulent. N'Guigmi (1956-1959)
Le dernier article de Borgomano me replonge dans mes souvenirs de trois ans de séjour à N'Guigmi, (1956-1959). Ceux qui ont fait la brousse s'y reconnaîtront sans doute....
[Lire la suite]

- Victor LIOTARD, Pharmacien de la Marine, Gouverneur Général des Colonies (1858-1916)
Victor Théophile Liotard est né le 17 juillet 1858 à Chandernagor, il est le fils d'un planteur qui avait perdu sa fortune dans le commerce de l'indigo....
[Lire la suite]

- Charles Nicolle, Paul-Louis Simond, ou le génie de l'observation
La médecine suppose le sens aigu de l'observation, mais aussi, parfois, le génie ou la perception intuitive de la relation cause à effet. Après Alexander Fleming, Charles Nicolle et Paul-Louis Simond en illustrent la concrète démonstration....
[Lire la suite]



Bulletin de L'ASNOM n°130 - Décembre 2015

- Éditorial du président
Nous avons partagé des moments forts lors du congrès de Rochefort, très bien organisé par la section de Bordeaux-Aquitaine et nous tenons à remercier cette section, son président J.-P. Gréciet et les membres de son bureau pour toute cette organisation. Le thème en était le patrimoine, dans une ville très attachée à son passé historique, en particulier le devenir du musée de l'École de médecine navale, lieu de formation pour de nombreuses générations de médecins de la Marine avant l'ouverture de Santé Navale. Des assurances nous ont été données par le ministère de la Défense, sur le renouvellement de la convention....
[Lire la suite]

- De la bataille d'Eylau à la Grande Guerre : Le pied des tranchées
Connu depuis la description du Baron Larrey à la bataille d'Eylau sous le nom de « gelure des pieds », le pied des tranchées est apparu dès l'automne 1914 dans les milieux humides de l'Argonne, de l'Yser et des Vosges. Affection dermatologique bien dérisoire face aux effroyables blessures de guerre, ces pieds gelés sont vus le plus souvent à un stade avancé...
[Lire la suite]

- L'École de Santé des Armées en 2015
L'École de Santé des Armées a été officiellement créée le 1 er juillet 2011. Elle prenait ainsi la place des écoles du Service de Santé des Armées de Lyon-Bron et de Bordeaux, officiellement fermées le même jour. La volonté du Service de Santé de faire de la nouvelle école l'héritière de toutes les anciennes écoles de praticiens dans un creuset commun était ainsi affirmée...
[Lire la suite]

- L'HÔPITAL MIXTE de PHNOM PENH et les autres
Sans archives, l'histoire n'existe pas. J'ai eu la chance de pouvoir disposer d'archives vivantes qui ont pu me parler de développement des hôpitaux au Cambodge depuis la fin de la deuxième Guerre Mondiale. En particulier de l'Hôpital Mixte (actuellement Hôpital Preah Keth Mealea)...
[Lire la suite]

- À la découverte de « l'Homme de Tautavel »
Récemment, nous avons eu l'occasion de découvrir ou pour certains d'entre nous, de redécouvrir, sur le site de Tautavel, situé dans les Pyrénées-Orientales, avec nos camarades de l'ASNOM du Languedoc-Roussillon, une muséographie remarquable, consacrée à notre ancêtre, Homo heidelbergensis...
[Lire la suite]

- Au temps des expéditions et des colonnes de pénétration de l'Ouest-Africain : les médecins « coloniaux » de la Marine au Sénégal et dans le Haut-Fleuve
6ème Partie : Des colonnes « Borgnis-Desbordes » à la colonne « Combes » (1880-1885)...
[Lire la suite] [La 1ère partie, la 2ème partie, la 3ème partie, la 4ème partie, la 5ème partie, la 6ème partie]

- Le port de KAOLACK
En 1925 le Sénégal possédait quatre ports d'inégales valeurs : Dakar, le plus important de la côte ouest-atlantique, Saint-Louis, à l'embouchure du fleuve Sénégal est en forte décroissance. Rufisque, port arachidier, qui perd en fonction de la montée en puissance du port de Kaolack est situé à 100 km de l'océan par la route et à 200 de Dakar à Kaolack et se trouve à plus de 100 km de l'embouchure du fleuve Saloum...
[Lire la suite]

- L'hôpital Saint-Jean de Dieu d'Afagnan
Un engagement à ne pas manquer pour un ancien de Santé Navale ou Santard, retraité ou en activité libérale : revenir en Afrique pour transmettre ses connaissances médico- chirurgicales dans les pays où de nombreux camarades ont servi...
[Lire la suite]

- Réflexions et enseignements à la suite d'un grave accident de parachutisme
« J'ai pensé à une expérience de vie très forte en tant qu'homme et médecin pour le reste de ma vie » (B. Dauba-Etchebarne). Rien ne me destinait à diriger une équipe de parachutistes sportifs de haut niveau...
[Lire la suite]

- Mars 2015 : assistance aux sinistrés du cyclone PAM au Vanuatu
Le 13 mars 2015, le cyclone PAM, un des plus importants de l'époque contemporaine, avec des rafales à 320 km/h, atteint le Vanuatu (ex Nouvelles Hébrides). La moitié de la population (270 000 habitants) est concernée. Il y aura 17 morts, et l'archipel, dévasté, demande de l'aide...
[Lire la suite]

- Les monuments aux Morts à la gloire des troupes africaines
S'il y a, en France, vraisemblablement autant de monuments aux morts que de communes, les monuments à la gloire des Troupes Africaines sont une rareté sauf dans le Sud-est.....
[Lire la suite]




Bulletin de L'ASNOM n°129 - Juin 2015

- Éditorial du président
C'est un grand honneur qui m'a été fait de prendre la Présidence de notre Amicale. Je voudrais avant tout rendre hommage à tous nos grands anciens qui ont assumé cette charge, et en particulier à Pierre Barabé qui fut mon maître à Marseille, et à Jean-Michel Damas qui a su gérer notre Amicale au sein de profondes tempêtes qui ont vu la disparition irrémédiable de notre « Chère Boîte ». L'ASNOM doit continuer à vivre et je vais m'y employer avec votre soutien...
[Lire la suite]

- 1915, vers la guerre totale : l'arme chimique
Un seuil décisif est franchi dans la violence de guerre avec la première utilisation des gaz asphyxiants par les Allemands le 22 avril 1915 à Langemarck, au nord du saillant d'Ypres. Le vent étant propice, des nuées dérivantes de chlore se répandent sur les lignes françaises (87 e RIT et 45 e division algérienne)...
[Lire la suite]

- Une armée qui soigne, le Service de Santé des Armées durant la Grande Guerre 14-18
Ce colloque est organisé par l'Association des Amis du Musée du Service de Santé des Armées (AAMSSA) sous la haute autorité du Directeur central du Service de Santé des Armées....
[Lire la suite]

- L'ÉCOLE DU PHARO – Son histoire et ses missions (1905-2013)
Au XIXe siècle, pour des raisons civilisatrices et culturelles, mais aussi pour des raisons commerciales, économiques, stratégiques et concurrentielles vis-à-vis des autres puissances européennes, la France, à partir des comptoirs qu'elle possédait déjà, va constituer un vaste empire colonial...
[Lire la suite]

- Les navires-hôpitaux à Toulon pendant la guerre de 1914-1918
Nos vieux navires-hôpitaux avaient pour cette époque de la guerre 1914-1918 des installations jugées insuffisantes pour certains. Seul le Bien-Hoa était dans un état très convenable, mais avec le Duguay-Trouin, et le Vinh-Long, ces trois transports d'État rendirent encore de grands services. Le Shamrock, par contre, était en très mauvais état et il eut une aventure très particulière que nous vous conterons.....
[Lire la suite]

- Les hôpitaux de l'agglomération de Toulon au cours du premier conflit mondial
Toulon et son agglomération ont, en ce début de conflit, deux particularités, toutes deux liées à sa géographie : la ville est éloignée de la bataille des frontières qui se déroule dans le Nord et l'Est dont elle guette avidement les nouvelles, mais Toulon est aussi un port militaire qui entre dans le conflit. Il devient un camp retranché, organise les opérations navales dans la Méditerranée et les soutient en se préparant à recevoir les blessés des batailles métropolitaines et du lointain front d'Orient....
[Lire la suite]

- Comment porter la science aux porteurs de burnous
Ma première affectation survint au XX e siècle qui, cette année-là, était déjà sexagénaire. In illo tempore, existait à Marseille une institution, aujourd'hui disparue dans l'indifférence des instances dirigeantes : l'École du Pharo. Tous les élèves qui préféraient le destin aventureux de Yersin et de Jamot aux langueurs maritimes de Pierre Loti y suivaient les cours adaptés à l'inconnu fascinant et terrible de l'« Afrique infernale »....
[Lire la suite]

- Au temps des expéditions et des colonnes de pénétration de l'Ouest-Africain : les médecins « coloniaux » de la Marine au Sénégal et dans le Haut-Fleuve
5ème Partie : Officiers de santé des colonnes et des postes du Haut-Fleuve au service des troupes de la conquête entre 1880 et 1890...
[Lire la suite] [La 1ère partie, la 2ème partie, la 3ème partie, la 4ème partie, la 5ème partie, la 6ème partie]

- Naissance du Service de Santé de la Jeune Armée Nigérienne en 1962
En 1962, désigné pour « servir en Z.O.M. n° 4 », après avoir quitté Marseille le 9 Août sur le paquebot « Mermoz », quelques escales classiques plus loin (Alger-Dakar-Conakry sur le port duquel étaient stockés les chasse-neige offerts par l'URSS-Monrovia) nous voici à notre terminus, Abidjan. Erreur : un adjudant-chef du Service de Santé gravit quatre à quatre les marches de la coupée et demande « qui sont Fr. B. et A. B. » pour nous prévenir que notre voyage maritime se prolongeait jusqu'à Cotonou. Nous venions de régler nos dettes et notre valise prête sans parler de la cantine qui devait débarquer de la cale et qu'il nous fallait récupérer. Serait-il possible que ce beau bateau ne soit pas en relation radiophonique et télégraphique permanente avec la terre pour que nous n'ayons pas été prévenus à l'avance ?...
[Lire la suite]




Bulletin de L'ASNOM n°128 - Décembre 2014

- Éditorial du président
Au terme de six années de présidence de notre association, il me paraît opportun d'effectuer un retour sur les événements qui ont marqué cette période. Cette fonction présidentielle, je l'ai assurée avec constance et je dirai même avec enthousiasme malgré les vicissitudes qui sont apparues dès mon début de fonction. En 2009, les déplacements auprès des sections m'ont permis de prendre contact avec les différents bureaux et de régler des problèmes de gestion. Le choc de l'annonce de la fermeture de Santé Navale fut ressenti avec une grande tristesse par nous tous, c'était la fin de 120 années d'existence d'une grande École à Bordeaux...
[Lire la suite]

- Le sauvetage au combat, au service du blessé de guerre
Le conflit afghan a vu les Armées Françaises renouer avec les opérations de guerre. Si en 2001 elles sont limitées ou discrètes, car menées notamment par le Commandement des Opérations Spéciales, l'implication française accrue en 2008 débouche sur l'embuscade meurtrière d'Uzbeen le 18 août 2008. Elle est un choc pour le Service de Santé, car vont s'accumuler les contraintes : soldats isolés du médecin, réalisation de gestes inappropriés (massage cardiaque sous le feu), secouriste tué dans l'action (Caporal-Chef Penon de l'infirmerie du 2e Régiment Étranger de Parachutistes) ou encore volume de feu empêchant l'arrivée de l'équipe médicale...
[Lire la suite]

- Objectif : sauver des vies au combat. EXOSAN 2014
Du 13 au 16 octobre 2014 s'est tenu l'exercice EXOSAN sur le Camp de la Valbonne. Organisé par le Centre de Formation Opérationnelle Santé de La Valbonne, avec le soutien du Régiment Médical, il s'agit d'un exercice visant à évaluer les compétences des officiers élèves (médecins généralistes, chirurgiens et anesthésistes-réanimateurs) sortant de l'École du Val-de-Grâce, en sauvetage au combat...
[Lire la suite]

- BOYÉ Jean-Paul : De la capture de L'Almami Samori à Verdun
Un nombre important de médecins militaires ont accompli au cours de leur exis tence des exploits valeureux, tout en restant parfai- tement ignorés. Cependant pour quelques-uns le hasard, nous pourrions dire le destin, a permis par des voies détournées et parfois au fil d'un temps assez long, la découverte furtive de l'identité de ces héros...
[Lire la suite]

- L'épée de Karamoko
En arrivant à son bureau de la faculté, place d'Aquitaine, cette après midi de février 1905, monsieur le professeur Le Dantec trouve dans son courrier une lettre de Toulouse datée du 3. Elle commence ainsi : « Cher monsieur Le Dantec »... et se termine par « ... une affectueuse poignée de main... ». Elle est signée J. Boyé, médecin des colonies....
[Lire la suite]

- Centenaire de la guerre : 14-18 Les hôpitaux militaires temporaires dans le XV e Corps d'Armée en 1914-18
Le Major François Olier, du Service de Santé des Armées, s'intéresse depuis plusieurs années aux Hôpitaux militaires pendant la Grande Guerre et son travail fait déjà l'objet de quatre tomes en attendant le cinquième en 2015. Il a recensé, en espérant qu'il n'a rien oublié, 10 000 hôpitaux durant cette période...
[Lire la suite]

- L'ÉCOLE et ses élèves pendant la GUERRE de 14-18
Nous savons peu de chose sur cette période, sauf que l'École a été fermée pendant plusieurs années. Heureusement deux de nos anciens, CLAVIER Marcel promo 1912 et PONSAN René promo 1911, nous ont laissé le récit de ces premières journées d'août 1914...
[Lire la suite]

- Au temps des expéditions et des colonnes de pénétration de l'Ouest-Africain : les médecins « coloniaux » de la Marine au Sénégal et dans le Haut-Fleuve
4ème Partie : Campagnes annuelles de « pacification » et colonnes de pénétration du Haut-Fleuve...
[Lire la suite] [La 1ère partie, la 2ème partie, la 3ème partie, la 4ème partie, la 5ème partie, la 6ème partie]

- Le Méditerranée-Niger
Ceux qui savent, levez le doigt. Pas tous ensemble ! Merci. En dehors de quelques anciens du Maroc et d'Algérie, qui connaît ? Pour faire suite et compléter le document présenté dans le Bulletin de Juin par J. Le Bras, je propose un sujet certainement très peu connu, même des explorateurs que nous fûmes : c'est l'Histoire du « Méditerranée-Niger » connu aussi sous l'abréviation de « Mer-Niger »...
[Lire la suite]

- LYAUTEY, Maréchal de France et le Service de Santé
Lyautey, sorti de Saint-Cyr en 1873, à l'âge de 19 ans, fut d'abord un brillant officier de cavalerie légère, l'arme d'avant-garde d'alors. Sa vocation coloniale s'éveilla en 1894, lorsque, envoyé au Tonkin, il se trouva sous les ordres de Galliéni. Après cinq ans passés à Madagascar (1897-1902) il trouva en Afrique du Nord son domaine d'élection...
[Lire la suite]

- Le Virus ÉBOLA en 1976 et Gilbert RAFFIER
Notre camarade Gilbert Raffier (Bx 49) était à l'honneur le 22 septembre 2014 dans l'article d'un quotidien à grande diffusion, pour sa participation en 1976 à l'identification du virus ÉBOLA. L'article publié relate les débuts en 1976 de la première épidémie de « fièvre hémorragique » et la contribution de notre camarade qui était Chef de la mission française à Kinshasa lors de la lutte contre cette épidémie...
[Lire la suite]




Bulletin de L'ASNOM n°127 - Juin 2014

- Éditorial du président
En ce milieu d'année 2014, nous vous présentons un premier bilan des activités de notre association. En février, ce fut la cérémonie de remise des prix Consiroles aux derniers élèves de Santé Navale encore présents à Bordeaux...
[Lire la suite]

- 120 ème anniversaire de la découverte du bacille pesteux
La peste est, à n'en pas douter, le fléau le plus emblématique du genre humain : ne parle-t-on pas de maladies pestilentielles ? Or, en juin 2014 il y aura 110 ans qu'un pasteurien, devenu médecin des colonies, cultivait pour la première fois le bacille de la peste...
[Lire la suite]

- Yersin et ses uniformes
Le docteur Yersin (il n'employait jamais son prénom, Alexandre), était un homme droit, ardent, avide d'entreprendre pour le bien commun, perfectionniste et réservé. Habité par un rêve, il n'eût de cesse de le réaliser. Misogyne mais philanthrope, supportant mal d'avoir un supérieur, il avait soif de liberté, de grands espaces à parcourir, à découvrir et à explorer, parfois au péril de sa vie, et de défis à relever...
[Lire la suite]

- Au temps des expéditions et des colonnes de pénétration de l'Ouest-Africain : les médecins « coloniaux » de la Marine au Sénégal et dans le Haut-Fleuve
3ème Partie : Le début des grandes campagnes de pénétration du bloc ouest-africain...
[Lire la suite] [La 1ère partie, la 2ème partie, la 3ème partie, la 4ème partie, la 5ème partie, la 6ème partie]

- Le Service de Santé de la Marine dans la Guerre 1914-1918 et les évacuations sanitaires par les navires-hôpitaux
Le Service de Santé de la Marine est largement impliqué au cours du premier conflit mondial, tant sur mer qu'à terre, dans les ports ou sur les théâtres d'opérations. Ainsi la brigade des fusiliers marins de l'amiral Ronarc'h intervient sur le front des Flandres à Dixmude dès le mois d'octobre 1914. Cette dernière, créée le 7 octobre 1914, est composée de 6 000 hommes répartis en deux régiments commandés chacun par un capitaine de vaisseau. Lui est adjointe une compagnie de mitrailleuses de 15 sections. Parmi ces hommes figurent 700 jeunes apprentis fusiliers marins affectueusement surnommés les « Demoiselles de la marine » ou les « Demoiselles aux pompons rouges »...
[Lire la suite]

- Médecins Navalais Pastoriens et vaccinations
Certes, la découverte de l'ADN et ses applications ont été l'un des progrès scientifiques notables de la fin du xx e siècle. Comment, toutefois, ne pas évoquer les bienfaits humanitaires de la vaccination mise en œuvre au début de ce cente naire par des médecins militaires navalais formés à l'Institut Pasteur de Paris, en l'occurrence : La vaccination contre la peste mise au point par Georges Girard et Jean Robic à l'Institut Pasteur de Tananarive et la découverte du virus neurotrope français de la fièvre jaune et la vaccination antiamarile par Jean Laigret à l'Institut Pasteur de Dakar...
[Lire la suite]

- Le ROI DAVID – Ancien de Santé Navale
L'histoire du « Roi David » m'était totalement inconnue avant qu'un camarade de promotion, Georges Le Gonidec, ne m'en parle. Mais auparavant il faut situer ce DAVID Joseph, Jean. Si vous prenez le « Mériaux-Borgo » vous ne le trouverez pas. En effet dans le CD réalisé par la suite par J. Mériaux ce dernier explique que « DAVID Joseph, Jean – Promo 1925, matricule 712 – n'est pas inscrit car il n 'a été retrouvé dans aucun document ». Je l'ai retrouvé sans difficulté dans les « Annuaires des officiers de l'Armée Française » depuis 1929, date de sa sortie du Pharo (40 e et avant-dernier) avec la promo 1924, jusqu' en 1954, année précédent sa retraite ! Entré à 8 inscriptions en 1925. Ce n'est pas la seule surprise le concernant : dans sa thèse, que j'ai consultée à la Faculté de Montpellier, la première page porte « David Jean, Joseph né le 25 novembre 1903 – Élève du Service de Santé de la Marine ». Or tous les Annuaires, ses Actes de naissance et de mariage portent : « David Joseph, Jean né le 28 novembre 1902 ». Mystère… Qui le restera. Il faut préciser qu'il est certainement le seul Navalais à avoir soutenu sa thèse à une autre date que celle inscrite ! En effet il avait été opéré d' une appendicite aiguë et ne soutiendra sa thèse que le 9 janvier 1929. Problème également de son stage au Pharo, n'ayant pas rejoint dans les délais...
[Lire la suite]




Bulletin de L'ASNOM n°126 - Décembre 2013

- Éditorial du président
La fin de l'année approche, notre regard se tourne vers ce qui a marqué notre association en 2013 : les différentes manifestations aussi bien au niveau national que dans les sections, les réalisations effectuées dans la vie associative de l'ASNOM ; c'est aussi l'occasion de se fixer des objectifs pour 2014...
[Lire la suite]

- L'hommage au Pharo
Ordre du jour n° 28-13 Prononcé à Marseille le 14 juin 2013 au cours de la prise d'armes marquant les cérémonies de clôture de l'INSTITUT DE MÉDECINE TROPICALE DU SERVICE DE SANTÉ DES ARMÉES – LE PHARO par le Médecin-Général des Armées Jean-Marc Debonne, Directeur central du Service de Santé des Armées...
[Lire la suite]

- Hommage à Yersin
Commémoration des 150 ans de la naissance d'Alexandre YERSIN, et 70 ème anniversaire de sa mort...
[Lire la suite]

- Au temps des expéditions et des colonnes de pénétration de l'Ouest-Africain : les médecins « coloniaux » de la Marine au Sénégal et dans le Haut-Fleuve
2ème Partie : Les officiers de santé de la Marine aux colonies entre 1816 et 1876...
[Lire la suite] [La 1ère partie, la 2ème partie, la 3ème partie, la 4ème partie, la 5ème partie, la 6ème partie]

- La vie et l'œuvre d'Henri Laborit
Henri Laborit est mondialement connu pour ses travaux en anesthésie, notamment l'anesthésie potentialisée (1951), et en réanimation pour le traitement du choc en général et la prévention du choc lié à l'acte chirurgical, par inhibition de la réaction organique à l'agression, par la rééquilibration métabolique et hydro-électrolytique des patients (1952) et l'hibernation artificielle...
[Lire la suite]

- Évacuation des blessés par voie aérienne durant la guerre d'Indochine (1947-1953)
De mi-octobre 2013 à fin janvier 2014 l'Indochine est au programme de grands musées parisiens : le musée Guimet redécouvre Angkor alors que le musée de l'Armée à l'Hôtel des Invalides aborde avec sérénité la période coloniale française en Indochine...
[Lire la suite]




Bulletin de L'ASNOM n°125 - Juin 2013

- Éditorial du président
L'année 2013 restera pour nous tous marquée par la disparition de l'une des institutions parmi les plus emblématiques du Service de Santé des Armées : le PHARO. La section de Marseille-Provence, organisatrice du congrès ASNOM 2013 dans le cadre de Marseille capitale européenne de la culture, a prévu notre participation à la cérémonie officielle de clôture du Pharo...
[Lire la suite]

- L'évacuation des catholiques du Tonkin en 1954-55
Après la signature des accords de Genève, le 21 juillet 1954, mettant fin à la guerre d'Indochine, les catholiques du Tonkin ont connu des heures dramatiques dont l'histoire est malheureusement bien oubliée maintenant. Elles font suite à une série de persécutions depuis la christianisation très ancienne de ce pays dont nous voulons rappeler très succinctement les principales étapes...
[Lire la suite]

- L'ambulance Saharienne
La Promotion 55 quitta l'École d'Application du Pharo en juin 1961 et plusieurs d'entre nous furent affectés au Sahara algérien. J'ai rejoint ainsi le dispensaire de la Santé Publique Saharienne à Béni-Abbès, à ne pas confondre avec Sidi-Bel-Abès, Beni-Abbès se trouve à 250 km au sud de Colomb-Béchar sur la piste, en partie maintenant goudronnée, qui descend jusqu'à Gao, à 2000 km, via le célèbre bordj de Bidon V. Nous traitions la maigre population locale ainsi que celles de quelques petites oasis environnantes (Ougarta, El Ouata, Guerzim, Kerzaz) mais aussi les tribus nomades composées de Reguibat (ou Rgaybat), hommes bleus à ne pas confondre avec les Touaregs...
[Lire la suite]

- Victor Segalen et la Chine
Peu d'hommes ont été à ce point doués. Peu auront payé avec une telle magnificence. Vie dont la plénitude compense la brièveté, comme si le destin, sachant les jours de Victor Segalen avarement comptés, avait voulu lui per- mettre de réussir aussitôt dans toutes ses entreprises. Car, nature d'exception à l'incomparable richesse, il aura, dans tous les domaines, laissé des travaux dont chacun eût suffit à perpétuer sa mémoire...
[Lire la suite]

- Au temps des expéditions et des colonnes de pénétration de l'Ouest-Africain : les médecins « coloniaux » de la Marine au Sénégal et dans le Haut-Fleuve
1ère Partie : La colonie de « commerce » du Sénégal, future plate-forme aux missions diplomatiques et aux expéditions scientifiques dans l'hinterland ouest-africain...
[Lire la suite] [La 1ère partie, la 2ème partie, la 3ème partie, la 4ème partie, la 5ème partie, la 6ème partie]

- Histoire de la Nouvelle Calédonie
Les premières traces de peuplement en Nouvelle Calédonie remontent à environ 1200 ans av. J.-C. avec l'arrivée de populations austronésiennes originaires du littoral de la Chine du sud, installées d'abord à Taiwan puis aux Philippines (vers 2000 av. J.-C.). À partir de là, des migrations vont gagner Timor, l'Indonésie, la Nouvelle Guinée (1500 av. J.-C.), enfin certaines îles du Pacifique. Les austronésiens furent probablement les premiers navigateurs de l'humanité...
[Lire la suite]

- Les médecins, chirurgiens et pharmaciens de Marine et les eaux thermales de La Réunion
Le XVIII e siècle, siècle des Lumières, a été en France métropolitaine une période de médicalisation du thermalisme avec l'analyse chimique des eaux des sources thermales et l'avènement de la clinique thermale. L'essor de la chimie avait, en effet permis de classer les eaux thermales en quatre grandes catégories : – les eaux bicarbonatées sodiques, – les eaux sulfatées riches en soufre, sous forme de sulfate de calcium ou de magnésium, – les eaux sulfurées riches en soufre sous forme d'hydrogène sulfuré, – les eaux chlorurées sodiques riches en chlorure de sodium...
[Lire la suite]

- Le pont de Cholet
Les médecins militaires, durant la guerre 39-45, ont souvent été confrontés à des situations particulières, notre camarade André Borgomano a retrouvé notre ancien, H.P Perramond au cœur d'une opération militaire bien spéciale : la reddition d'une unité combattante allemande...
[Lire la suite]




Bulletin de L'ASNOM n°124 - Décembre 2012

- Éditorial du président
Notre Association, l'ASNOM, est une vénérable institution : elle fête cette année ses cent années d'existence. Près de dix ans après l'ouverture de notre École du Cours de la Marne, les statuts de l'Amicale ont été approuvés au cours de la première assemblée générale en 1912...
[Lire la suite]

- Naissance de l'association amicale des Anciens élèves de l'École Principale de Service de Santé de la Marine et des Colonies
Le 1° juillet 1911, un groupe d'Anciens élèves de l'Ecole Principale du Service de Santé de la Marine et des Colonies se réunit, jetant les bases d'une association Amicale. A cette époque, après vingt années d'existence, ce sont 1000 élèves qui sont sortis de l'Ecole, qui demeure la seule grande Ecole à ne pas avoir, encore, d'association d'Anciens...
[Lire la suite]

- Histoire des Écoles Annexes
C'était dans l'air ! L'ambiance au sein du Service de Santé de la Marine devient de plus en plus détestable et le ministre multiplie, en vain, les décrets et les arrêtés pour tenter d'aplanir les dissensions. Or le système d'ensei- gnement médical subit, depuis 1880 en parti- culier, des bouleversements considérables...
[Lire la suite]


Page publiée le 19/09/2017.