LA PESTE

La peste, terrifiante maladie infectieuse aux aspects cliniques variés, fut, depuis l'antiquité, la hantise de l'humanité. Punition divine, fléau majeur, ce mal qui répand la terreur flambait en poussées épidémiques et parcourait la planète en fulgurantes pandémies terriblement meurtrières à partir de foyers permanents dits endémiques souvent asiatiques.

Le XIX° siècle finissant voit - enfin - se dessiner la victoire sur ce fléau. Victoire historique obtenue grâce aux découvertes successives de quatre médecins militaires français du Corps de santé colonial.

1894 - A.Yersin*, à Hong Kong, découvre le microbe.
1898 - P. L. Simond*, à Karachi, découvre le "réservoir" de germes et le mode de transmission.
1933 - G. Girard* et J. Robic*, à Tananarive, inventent le vaccin.

On peut s'étonner qu'aucun de ces médecins militaires coloniaux n'ait reçu le prix Nobel de médecine.

Désormais, la peste est jugulée. Son épidémiologie est bien connue, permettant la mise en place de mesures de prévention. De nos jours, il existe encore quelques foyers mineurs toujours actifs, notamment aux États-Unis, en Asie, en Mauritanie et à Madagascar. Ils sont d'autant mieux contrôlés que la sensibilité du bacille de Yersin aux antibiotiques et celle de la puce aux insecticides ont totalement bouleversé les modes de traitement et de protection.





LES ASPECTS CLINIQUES DE LA PESTE

La peste revêt, chez l'homme, dans sa forme typique, l'aspect de peste bubonique :

Après une incubation silencieuse de 2 à 5 jours, apparaît brutalement le bubon, gros ganglion très douloureux, en général situé au niveau de l'aine. L'état général est très altéré et la température très élevée. L'évolution est extrêmement rapide vers le décès dans un tableau infectieux septicémique. Néanmoins, cette forme, la plus fréquente, demeure la moins grave, la mort n'étant constatée que dans 30 à 80 % des cas selon les épidémies.

Deux autres formes cliniques sont décrites :

- la peste pulmonaire, d'apparition brutale, extrêmement contagieuse, directement d'homme à homme, rapidement mortelle si elle n'est pas traitée.
- la peste septicémique, avec prolifération des bacilles dans le sang, sans localisation particulière, forme fulgurante avec des hémorragies, appelée "peste noire". Constamment fatale autrefois, parfois curable en présence de traitement précoce, elle apparaît à l'acmé des épidémies.

La transmission de la maladie dans sa forme pulmonaire se réalise directement d'homme à homme par l'intermédiaire de gouttelettes salivaires. C'est une peste des pays froids. Ainsi, la Manchourie, fut le théâtre d'une effroyable épidémie de peste pulmonaire en 1910-1911 à l'origine de très nombreuses victimes, dont Gérald Mesny*, jeune médecin de marine envoyé en mission d'étude.




LES PANDÉMIES

Trois pandémies se sont succédées depuis l'antiquité, chacune d'elles se prolongeant durant plusieurs décennies, voire des siècles :
La première ou peste de Justinien (VI° siècle après J.C.) atteint surtout le pourtour méditerranéen. Son origine se situe probablement dans les espaces sauvages d'Afrique centrale d'où elle atteint l'Egypte par la vallée du Nil. On lui impute 100 millions de victimes.


Paillote de YERSIN à Honk-Kong (1894)

La deuxième ou peste noire ou médiévale semble d'origine asiatique, partie des steppes russes et de la mer Caspienne. Elle touche toute l'Europe et tue près de la moitié de sa population. Son apogée se situe au milieu du XIVème siècle, mais elle se prolonge en poussées épidémiques dont celle de Marseille en 1720.

La troisième ou peste océanique part de Chine et, par voie maritime, atteint tous les continents : Inde, Japon, Afrique orientale, Madagascar, Portugal, Australie, Philippines, Amérique, Indonésie. Elle a sévi de 1891 à 1948 faisant environ 12 millions de victimes.



Foyers de peste dans le monde (fin du XXème siècle)





ALEXANDRE YERSIN ET LE MICROBE

En juin 1894, Yersin*, un des premiers élèves de Pasteur, arrive à Hong Kong, en pleine épidémie de peste (10 000 morts en quinze jours); il y est détaché par le gouverneur général de l'Indochine qui redoute l'extension de l'épidémie; il a dans ses bagages un microscope et une étuve. Un Japonais, Shibasaburo Kitasato, élève de Robert Koch, est déjà sur les lieux, mieux équipé.

Yersin se fait construire, près de l'hôpital de Hong Kong, une paillote où il vit et travaille en permanence. N'étant pas autorisé par les Anglais à approcher les malades, il se rabat sur les cadavres de pestiférés, prenant en compte une recommandation de Pasteur lui-même "Travaillez seul. Ayez vos cadavres à vous".

Une semaine après son arrivée, une des souris inoculées avec le pus d'un bubon de cadavre meurt. Sa rate contient de "très petits bacilles, trapus, arrondis aux extrémités, se colorant difficilement". Une semaine plus tard, des cultures bien développées ont poussé dans les tubes ensemencés. Yersin adresse son rapport au gouverneur général d'Indochine. Dans le même temps, il envoie une culture du bacille à l'institut Pasteur à Paris et une vingtaine d'effilures de pipette renfermant du pus de bubon.

Nous n'avons aucune précision sur ces expéditions. Le plus vraisemblable est que, ancien médecin des Messageries maritimes, il ait confié ces précieux tubes à des confrères et amis de cette compagnie. Le bacille peut rester vivant sans repiquage pendant le mois de traversée.

La découverte est rapidement confirmée par l'institut Pasteur de Paris et le microbe est appelé bacille de Yersin ou Pasteurella pestis. Plus tard, un nouveau genre est créé, Yersinia, et le microbe de Yersin devient Yersinia pestis.


Alexandre YERSIN
(1863-1943)

Son importance concernant cette effroyable maladie qui décimait les hommes depuis des millénaires est aussitôt reconnue et le ministre des Colonies Delcassé décore Yersin de la Légion d'honneur, à son retour à Paris quelques mois plus tard, le 12 Novembre 1894.

La presse chinoise célèbre le découvreur et demande que son buste soit déposé dans la pagode des cinq cents génies de Canton.

Esprit curieux et novateur dans de nombreux domaines, Yersin étend la culture de l'hévéa en Indochine (qui deviendra un important producteur de latex) et il acclimate l'arbre à quinquina qui assurera l'autonomie de cette région en quinine.

Aujourd'hui, la dépouille de Yersin, décédé en 1943, est toujours en Indochine, à Nha Trang, dans cette terre à laquelle il a été si passionnément attaché pendant cinquante trois ans. Son tombeau est honoré par les Vietnamiens à l'égal de celui de leurs plus grands héros nationaux.


Tombeau de YERSIN à Nha Trang




PAUL-LOUIS SIMOND ET LA TRANSMISSION DE LA PESTE


Paul-Louis SIMOND

On sait depuis la plus haute antiquité qu'à la peste humaine est associée, au moins au début de l'épidémie, une mortalité anormale des rats qui souvent la précède. L'isolement des bacilles humain et murin amène Roux et Yersin à comparer leurs caractères et ils concluent qu'il s'agit d'un même bacille.

En 1897, Simond* arrive à Bombay pour lutter, avec le sérum anti pesteux préparé à l'institut Pasteur de Paris, contre la redoutable épidémie de peste du moment (32 000 victimes en deux ans). Le mode de transmission alors admis fait intervenir la théorie des "miasmes" enrichie de quelques données bactériologiques. Simond sait par ailleurs que peste murine et peste humaine sont dues à un même bacille.

Quelques mois plus tard, il est envoyé à Karachi où l'épidémie flambe. Il avait constaté à Bombay, sur la peau des pestiférés, la présence fréquente d'une vésicule remplie de bacilles. Il soupçonne alors l'intervention d'un insecte piqueur. La puce est un parasite piqueur commun aux deux espèces. Le tube digestif des puces recueillies sur des rats pesteux contient des bacilles alors que celui des puces prélevées sur des rats sains en est indemne.

 


Paul-Louis SIMOND à Karachi (1897)

Son expérience cruciale est réalisée le 2 Juin 1898, dans les dépendances de l'hôtel Reynolds de Karachi où il est logé: il juxtapose, avec un luxe de précautions, dans une cage, un rat malade et un rat sain, séparés par un grillage. Il introduit des puces indemnes. Le rat sain présente en quelques jours des signes de peste. Simond écrit dans son journal : "ce jour là, j'éprouvais une émotion inexprimable à la pensée que je venais de violer un secret qui angoissait l'humanité depuis l'apparition de la peste dans le monde". Il rédige alors un mémoire qu'il envoie à E. Roux, directeur de l'institut Pasteur. Ce texte sera publié dans le numéro d'octobre des "Annales de l'institut Pasteur". Simond y définit la stratégie du combat à mener contre les épidémies : mesures dirigées méthodiquement en direction des trois facteurs : les parasites transmetteurs, l'homme et le rat, tous deux réservoirs de microbes et victimes de la maladie.

Bien évidemment, cette découverte est discutée. Le rôle des micro-organismes était admis depuis Pasteur, mais celui des insectes transmetteurs était peu connu. Le rôle du moustique dans la transmission de la filariose avait été établi par Manson depuis vingt ans puis par Finlay dans celle de la fièvre jaune. Bruce avait identifié celui de la glossine dans la transmission de la trypanosomiase animale. Simond* était donc, avec eux, un grand novateur.

Peu après sa découverte, en août 1898, atteint de paludisme, il va se reposer à Darjeeling, station climatique du nord de l'Inde.

Un médecin militaire britannique lui demande un rendez-vous. Mais finalement la rencontre n'aura pas lieu. Ce médecin est Ronald Ross qui vient de découvrir le rôle de l'anophèle dans la transmission du paludisme aviaire. Lui, recevra le prix Nobel en 1902 et le roi d'Angleterre le fera Lord.

Des recherches ultérieures feront découvrir que toutes les puces ne présentent pas le même risque de contamination. Les espèces chez lesquelles la multiplication des bacilles est rapide et intense, entraînant la formation d'un caillot qui provoque la régurgitation du sang, ont une contagiosité extrême. C'est le cas de la puce du rat.


Expérience de SIMOND montrant le rôle de la puce (photo Musée du SSA)




GIRARD ET ROBIC ET LES VACCINS

La peste apparaît à Madagascar en 1898, apportée par un navire chargé de riz en provenance des Indes. Pendant 10 ans, elle sévit sous forme de petites épidémies dans les zones côtières. Elle se réveille en 1921, venant cette fois de l'île Maurice, et l'épidémie se hisse jusqu'au plateau central de l'île où un climat plus froid favorise l'apparition des formes pulmonaires, directement transmissibles d'homme à homme, terriblement meurtrières.

Et pendant 20 ans, le fléau reste actif avec un sommet en 1933, année où l'on compte 3 933 cas dépistés dont 3 579 décès. Aucun des vaccins à base de bacilles tués préparés par Calmette*, Shiga, Besredka… n'avait donné une protection suffisante et encore moins durable.

De 1922 à 1935, Girard* et Robic*, à l'institut Pasteur de Tananarive, mettent au point un vaccin à partir de la souche EV (premières lettres d'Évesque, nom d'un enfant européen mort de la peste). Il s'agit d'un "vaccin vivant" préparé avec des bacilles pesteux de virulence atténuée, du même type que le B.C.G. de Calmette* contre la tuberculose. Il garantit une immunité solide au bout de trois mois, il doit être renouvelé tous les ans.


Georges GIRARD et Jean-Marie ROBIC

Les premiers essais sont effectués sur eux-mêmes, en 1932, par les inventeurs et les membres de leur équipe, ce qui est méritoire car il n'existe alors aucun médicament efficace en cas de peste déclarée.

Les années suivantes, l'utilisation de ce vaccin est étendue 13 000 malgaches en 1934, 50 000 en 1935 à toute la population à partir de 1936.

Les vaccinateurs sont les médecins du corps de santé colonial et les médecins auxiliaires malgaches. 500 000 doses étant injectées chaque année depuis 1936, l'évolution du nombre de cas de peste est :


Cas de peste à Madagascar

Il a été aussi utilisé en Argentine, au Brésil, en Afrique noire, au Vietnam où il était encore fabriqué jusqu'à la fin des années 1980. Son injection est encore pratiquée au Kazakhstan dans de petits villages isolés où persistent quelques foyers de peste.




L’ÉPIDÉMIOLOGIE

La propagation des épidémies est en partie liée aux moeurs des puces et à leurs habitudes alimentaires. Elles sont les hôtes de nombreux mammifères et oiseaux. Leurs variétés sont nombreuses et chacune d'elles parasite préférentiellement mais non exclusivement une espèce animale. Le mâle comme la femelle se nourrissent de sang et abandonnent aussitôt leur hôte s'il meurt.

On distingue maintenant trois "sortes" de peste :

- La peste dite "sauvage" est une maladie animale touchant les rongeurs sauvages, ce qui rend impossible l'éradication planétaire de la maladie. Elle est entretenue dans des foyers naturels, la conservation du bacille étant assurée par les animaux les plus résistants. Si une espèce sensible est contaminée, elle sera presque totalement anéantie. Il s'agit d'un cycle dans lequel l'homme n'est qu'exceptionnellement impliqué. On n'en connait l'existence que par le comptage des rongeurs sauvages.

- La peste dite "rurale" concerne les rongeurs sauvages mais aussi les rats vivant dans un environnement humain. Des foyers de cette peste existent toujours en Inde du nord, à Madagascar, en Amérique centrale... La puce du rat n'aime pas le sang humain et ce n'est qu'accidentellement qu'un homme sera piqué. Il fera une peste bubonique mais ne la transmettra pas en l'absence de la puce spécifique de l'espèce humaine.

- Enfin, la peste dite "urbaine" ne se développe qu'en présence de cette dernière puce. A tout moment, cette forme risque d'être activée , surtout dans les pays froids, par l'apparition de formes pulmonaires infiniment plus graves et de contagion directe.




LA PRÉVENTION DE LA PESTE

Très tôt, le service de santé colonial préconise et organise une lutte rationnelle contre les rats, réservoirs de microbes les plus importants et les plus proches des hommes.


Capture de rats

En Indochine, une prime est accordée aux chasseurs de rats. Vers 1910, 100 000 rongeurs sont éliminés annuellement. Des pièges sont posés pour capturer des rats soumis ensuite à une recherche de bacilles pesteux, car l'épizootie murine précède l'épidémie humaine.

À Madagascar, la prime est accordée sur présentation de la queue du rat et les enfants de Tananarive deviennent rapidement des chasseurs de grande expertise.

Plus tard, les appâts empoisonnés sont utilisés pour éliminer ces commensaux dangereux.

Un système "d'alarme clinique" est aussi mis en place dans les régions sensibles (Hauts-Plateaux de Madagascar par exemple) de manière à signaler les premiers cas dès leur apparition. L'examen d'un prélèvement de foie post-mortem est systématique en cas de doute. Si le fléau évolue quinze à vingt jours sans être décelé, il devient très difficile sinon impossible à contenir.

Maladie à déclaration obligatoire longtemps inscrite au Règlement sanitaire international (RSI), plusieurs centaines de cas sont actuellement notifiés chaque année dans le monde. Une surveillance étroite continue de nos jours à être exercée dans les ports et aéroports. Les mesures de dératisation prises périodiquement dans les villes-ports et systématiquement dans les navires ayant abordé en zone d'endémie ainsi que les dispositifs "rat-proof" sur les quais, dans les maisons et greniers écartent le danger. Mais la peste "sauvage" est hors de portée et reste une menace contre laquelle les populations sont armées puisque ce bacille pesteux est sensible aux antibiotiques et en particulier aux sulfamides dont le coût est faible. Par ailleurs, la destruction des puces par les insecticides enraye les épidémies. Cependant la vigilance ne doit pas fléchir car des cas de résistance du bacille aux antibiotiques et des puces aux insecticides ont déjà été publiés.

Depuis 1935, le vaccin de Girard et Robic a été amélioré et aujourd'hui, l'institut Pasteur ne produit plus qu'un vaccin de nouvelle génération à base de bacilles tués.



Pour en savoir plus :

- Yersin A. : La peste bubonique à Hong-kong. Ann. Inst. Pasteur 1894,8, 662-667.
- Simond P.L. : La propagation de la peste. Ann. Inst. Pasteur 1898,12,10 626-686.
- Simond P.L. : Comment fut mis en évidence le rôle de la puce dans la transmission de la peste. Rev. Hyg. 1936,58,1-17.
- Mollaret H. : Yersinioses. Encycl. Méd.-chir. Maladies infectieuses 1968. 8-035 D10, 1-12.
- Voelkel J. : La vie et l'œuvre de Simond P.L. 1858-1947. Méd. Trop. 1969,29,429-441.
- Balthasard M : État actuel de la peste dans le monde -foyers naturels-. Bull. Soc. Path. Exo. 1971,64,5,711-713.
- Mollaret M. : Alexandre Yersin tel qu'en lui-même enfin… Nouv. Press. Méd. 1973,2,39,2575-2580.
- Brygoo E.R. : La peste. Etudes médicales. Le Caire. 1974, n°2, 63-111.
- Mollaret H. Brossolet J. : A.Yersin ou le vainqueur de la peste. 1 vol. 321p. Fayard Edit. 1985 "Les Inconnus de l'histoire".
- Lemarchand-Copreaux F. : La vaccination antipesteuse. Pour la science. 2000,273,10-13.


Page publiée le 26/02/2016.