LES SERVICES D'HYGIÈNE

Les services d’hygiène bien organisés n’existent que dans les grandes villes coloniales. Dirigés par un médecin du Corps de santé colonial, ils sont une composante importante du service de santé. Ayant pour attribution, par des mesures collectives, de prévenir et de combattre les épidémies tant redoutées au début du XX° siècle, ils sont dotés de structures spécialisées. Ils n’interviennent pas dans le traitement des malades qui relève des dispensaires et hôpitaux de la ville. Par contre, leurs prérogatives en matière de prévention conduisent à distinguer d’une part des tâches confiées à la responsabilité directe du service d’hygiène urbain et des programmes pluridisciplinaires d’assainissement des villes où le médecin n’intervient qu’indirectement en qualité d’initiateur et ensuite de contrôleur des effets induits sur la santé publique.

En milieu rural, les préoccupations d’hygiène restent impérieuses mais les interventions du médecin de brousse sont limitées par des possibilités d’action plus restreintes. La prévention des maladies les plus préoccupantes est confiée au service des grandes endémies.





LA STRUCTURE D’UN SERVICE D’HYGIÈNE URBAIN

Le service d’hygiène d’une grande ville (capitale de colonie le plus souvent) est dirigé par un médecin colonial de haut grade, secondé par un médecin adjoint et par un ou plusieurs médecins auxiliaires. Ils disposent de personnels autochtones, les uns à poste fixe, les autres plus nombreux, répartis en équipes qui sillonnent l’agglomération et ses alentours.

En ces temps d’épidémies fréquentes et meurtrières, l’abnégation et l’efficacité de ces personnels qui ont pour mission d’écarter ou d’écourter les hécatombes de la peste, du choléra ou de la fièvre jaune leur valent, de la part des populations, une considération bien méritée.

Les services techniques comprennent :

- Un dispensaire pour les vaccinations et diverses consultations, incluant le contrôle des prostituées.

- Un laboratoire de biologie où sont analysés les prélèvements faits sur les individus mais surtout sur les vecteurs de maladies comme les rats, les puces et les moustiques.


Service d'Hygiène

Désinsectisation d'une maison (Sénégal)

- Un secteur de désinfection avec des étuves et des appareils utilisables à domicile.

- Un secteur de dératisation pourvu de nasses et d’appareils pour traiter les égoûts, les navires, etc...

- Un parc important de véhicules équipés pour les pulvérisations, les épandages. La mobilité est la règle, chaque équipe desservant un secteur précis selon un programme établi.

- Le contrôle sanitaire aux frontères dans les ports et aéroports.

- Les locaux de la brigade d’hygiène avec ses fichiers, ses cartes. Les contrôles domiciliaires sont confiés à des agents assermentés vêtus d’un uniforme, dotés de grades et qui peuvent verbaliser, la crainte des contraventions contribuant à leur efficacité.

 




LES TÂCHES RELEVANT DIRECTEMENT D’UN SERVICE D’HYGIÈNE

Les axes de ses activités sont dirigés vers le dépistage et la prévention des maladies endémiques. La vigilance est ininterrompue car la menace de certaines maladies est particulièrement permanente dans les villes où la densité de population est dense avec des zones suburbaines aux équipements collectifs insuffisants.

Les services d’hygiène ont en charge les vaccinations contre :

- La tuberculose par le BCG, en relation avec les maternités urbaines et les centres PMI.
- La variole, en relation avec les services de médecine scolaire.
- La fièvre jaune, pendant un temps associée à la précédente.
- La rougeole et, à partir de 1974, contre les six maladies du PEV.

Ils ont également en charge le dépistage et la prévention collective des menaces permanentes :

- Le paludisme, par la chimioprophylaxie et par la lutte antimoustique.
- La peste.
- Les tréponématoses.
- Le trachome, en milieu scolaire.

Enfin, ils ont en charge la détection et la prévention des épidémies intercurrentes, toujours menaçantes :

- La méningite cérébro-spinale.
- Le choléra et les maladies liées au "péril fécal".
- La rage avec le ramassage des chiens errants.


Vaccination au Service d'hygiène





LES INTERVENTIONS INDIRECTES DANS L’ASSAINISSEMENT DES VILLES

Le sens du mot "hygiène" évolue au cours du XX° siècle. Après la Deuxième Guerre mondiale, se différencient alors dans la prévention des maladies transmissibles dans deux domaines, toujours centrés sur l’individu : l’un, concernant son corps et l’environnement immédiat, conserve le nom d’hygiène (hygiène alimentaire, hygiène du corps… ) et reste de la responsabilité directe du service de santé, l’autre, concernant la collectivité à laquelle il appartient, prend le nom d’assainissement (collecte des déchets, tout-à-l’égout, stations de traitement des eaux, etc...). De nombreux services publics y contribuent et relèvent en général de l’autorité municipale.


Désinsectisation de quartier

Seule celle-ci peut règlementer les axes de développement de la ville, les permis de construire... L’approvisionnement en eau, l’implantation et le fonctionnement des bornes-fontaines et des édicules publics, la collecte et le traitement des ordures ménagères, etc... relèvent de sa compétence.

Les grands chantiers de terrassements et le draînage des eaux sont du domaine des travaux publics. Quant à l’éducation sanitaire dans les écoles, la lutte contre la prostitution, les toxicomanies et la délinquance, elles dépendent de l’enseignement, de la police et de la justice.

Pour autant, le service d’hygiène est loin d’être absent. Ses représentants siègent dans toutes les commissions traitant de ce sujet, signalent les risques d’ordre sanitaire, actuels ou potentiels et font des recommandations. Par la suite, en se fondant sur leurs enquêtes et les statistiques des dispensaires, ils sont les mieux placés pour évaluer les résultats des actions menées.

Il n’est de grande ville coloniale, de Saigon à Tananarive, d’Abidjan à Brazzaville dont l’assainissement - et partant la qualité de vie - n’ait bénéficié des orientations et de la vigilance du service d’hygiène local.




L’HYGIÈNE PUBLIQUE EN MILIEU RURAL

Les guérisseurs indigènes, eux-mêmes, recommandent : "le maintien d’une bonne santé commence par la propreté". L’eau, le balai et le savon, trois éléments qui, disponibles et utilisés à bon escient, sont les bases du mieux-être de chacun et de sa collectivité.

A l’époque coloniale, l’hygiène est reconnue comme une priorité. "Il ne faut pas hésiter à laisser crier tous ceux qui se plaignent du manque de médicaments alors qu’en creusant des puits, en faisant adopter le type de case le plus hygiénique, en organisant la disparition des matières usées et l’enfouissement des matières fécales, ils rendent d’incalculables services à ces collectivités qu’ils voudraient droguer" écrit Bouffard* en 1934, en Côte d’Ivoire. En règle générale, une circulaire du gouverneur édicte les consignes sur "l’hygiène des villages et des individus". En dehors du service de santé, les agents des différents services publics étant rares dans les régions rurales, l’administrateur de l’unité territoriale confie au médecin du poste toutes les tâches en question.

- Le premier effort porte sur l’approvisionnement en eau potable. Ici, la rivière ou les mares sont plus ou moins souillées et l’administration fait forer des puits. Là où abonde le ver de Guinée, le médecin recommande de traiter les eaux de surface par des filtres à sable et charbon, ingénieusement fabriqués avec des poteries du pays qui donnent entière satisfaction.


Assainissement d'un canal d'adduction d'eau

- L’hygiène de la case et du village peut exiger l’abandon d’habitudes ancestrales. Dans le Nord et le Centre de la Côte d’Ivoire jusqu’aux années 1920, dominent "des cases si basses qu’accroupi, on en touche le faîte; le natif s’y glisse à plat ventre pour y dormir". On devine le degré de promiscuité et combien cette hutte est "particulièrement propice à la dissémination des germes contagieux". Il faut la remplacer par des cases rectangulaires, spacieuses, au sol dur, bien ventilées dans des villages propres et même coquets. Le médecin africain, formé à l’école de Dakar, qui contribue à cette innovation n’est autre que Houphouet-Boigny, le futur Président de la Côte d’Ivoire. Néanmoins, les exigences sanitaires prennent le plus possible en compte l’authenticité culturelle. L’oeuvre est de longue haleine; elle doit être accomplie sans brutalité ni maladresse.

- Le péril fécal est entretenu par les habitudes de défécation et de vidage des tinettes à la surface du sol. On apprend aux populations à éloigner ces déchets des points d’eau. En outre, lorsque le milieu le permet, on construit des W.C. collectifs à fosse septique.

- D’autres directives ont trait à l’éloignement et l’enfouissement des déchets ménagers, à l’entretien des jarres d’eau de boisson, à l’assèchement des mares, etc.

Chaque médecin de brousse dispose, à côté du personnel infirmier, d’un ou deux agents d’hygiène, précurseurs des "médecins aux pieds nus", chargés de la propreté des villages et de l’éducation sanitaire des populations… avec l’appoint éventuel des contraventions !


Page publiée le 26/02/2016.